[TEST] The Legend of Zelda : Link’s Awakening sur Switch

0

Lorsque Nintendo annonce le retour d’un des meilleurs épisodes de la saga The Legend of Zelda pour sa Switch, ça ne laisse évidemment aucun joueur des 90’s indifférent 🙂 Etant moi-même un énorme fan de Link’s Awakening à l’époque sur la Gameboy première du nom, c’était donc mon grand rendez-vous de la rentrée. Alors, est-ce que le pari est réussi ?

 

The Link’s Awakening fait clairement parti des épisodes qui m’ont le plus marqué. Tout d’abord parce que c’est le premier auquel j’ai joué, puis stoppé en cours, puis repris après avoir fini A Link To The Past sur Super NES (la drogue de la saga avait commencé en moi !). Trouvant le jeu très dur la première fois, puis plus simple la seconde fois, il ne m’a donc pas laissé indifférent. J’avais d’ailleurs recommencé à nouveau l’aventure avec la sortie de la version DX sur Gameboy Color quelques années plus tard. Et si cet épisode reste emblématique pour énormément de joueurs, nous allons voir que Nintendo a su remettre ce dernier au goût du jour, 25 ans après la sortie originale (oui oui !).

 

Commençons par LA nouveauté qui a fait son bel effet waou lors des premières images à l’annonce du remake : la direction artistique ! C’est évidemment la plus grosse valeur ajoutée sur le titre original avec un rendu toy / cartoon 3D et un effet de profondeur réalisé à l’aide d’un léger flou sur l’avant et l’arrière plan, donnant ainsi une impression de couches et relief. Rien à redire, c’est bluffant et toutes les premières minutes passées à jouer se sont faites à base d’admiration des décors, retravail des chara-design des personnages et ennemis. Chapeau bas Nintendo (d’ailleurs hésitez pas à nous en faire plein dans ce style tant qu’on y est hein !).

C’est donc tout mignon et tout beau mais en revanche, premier bémol constaté par la même occasion : les ralentissements. En effet, sur certains passages un peu chargé en éléments et décors… c’est la dégringolade du framerate :/ Dommage donc pour cette partie technique.

Les musiques elles aussi ont eu le droit à un petit « lifting acoustique » avec une réorchestration plutôt cool des musiques emblématiques du titre.

 

Ensuite, parlons du jeu en lui même. En ce qui concerne le level design, les ennemis, la difficulté ou autres donjons, cela va aller très vite… Tout reste intact et inchangé, au déplacement près, par rapport à la version Gameboy. Autant vous dire que les fan boys comme moi referont le jeu « finger in the nose » (pour peu que vous vous rappeliez des différents donjons et boss), mais pour les autres, et bien il faudra s’accrocher, surtout sur les derniers donjons qui peuvent s’avérer challenging pour les néophytes de la licence. En tout cas ne comptez pas plus de 10h pour terminer l’aventure principale, celle-ci étant donc assez rapide.

Les joueurs de l’époque retrouveront donc leur madeleine de Proust mais pour les nouveaux en revanche, pas sûr que les mécaniques des 90’s fassent le même effet. Si visuellement il n’y a rien a redire sur ce remake, côté gameplay, ce dernier n’a subit vraiment aucun lifting, le jeu se jouant identiquement au poil près dans son parcours, ses boss, son inventaire, etc. Dommage qu’on ait pas eu un peu de nouveau de ce côté là avec le remake et les possibilités de la Switch.

Enfin, terminons par la deuxième grosse nouveauté que nous apporte ce remake, en plus de la DA toute choupy : le générateur de donjons. Cela se fera via le pote Igor, en allant le rencontrer dans sa demeure et en utilisant les dalles de donjon récupérées lors de l’aventure. A vous ensuite de faire sortir vos talents d’architecte pour créer vos propres donjons custom. Un bel effort sur la démarche, mais honnêtement… qui passera réellement du temps sur ce mode ? Pas moi en tout cas 🙂 Mais bon ne crachons pas dans la soupe !

Sinon, pour rester sur le thèmes des temples, le Temple des Couleurs (ajouté sur la version DX) est bien évidemment encore de la partie ici !

 

 J’ai aimé  J’ai moins aimé
  • La direction artistique ultra aboutie
  • Le retour d’un jeu emblématique sur Switch
  • L’histoire qui n’a pas pris une ride
  • La remaster de la bande son
  • Peu de vraies nouveautés en dehors de la DA
  • La durée de vie assez courte
  • Le framerate très capricieux
7.5

En dehors du peu de nouveautés apportées et de petits ralentissements embêtant, The Legend of Zelda : Link's Awakening a malgré tout été mon petit bonbon de cette rentrée sur Switch ! Un vrai plaisir de revoir un de mes classiques de Gameboy revenir sur Switch enrobé dans une DA des plus kawaii. Une belle occasion également pour ceux n'ayant jamais mis les mains sur ce titre de remédier à cela 😉

  • NOTE GLOBALE 7.5

About Author

Powered by △ ◯ ✕ □

Leave A Reply