[TEST] Tales of ARISE sur PS5

0

Je vais être honnête, c’est ma première fois sur un « Tales of » du coup je ne pourrai pas du tout comparer avec les opus précédent de la série, ne m’en voulez pas, ne me frappez pas !

 

Pendant 300 ans, Rena a imposé son joug sur Dahna, pillant les ressources de la planète et dépouillant le peuple de sa dignité et de sa liberté. Notre histoire commence avec Alphen et Shionne, deux personnes nées dans des mondes différents, qui cherchent à changer leur destin et tendre vers un nouveau futur.
On commence l’aventure en incarnant Alphen, affublé d’un masque et torse nu …. Je … c’est quoi ce jeu !!! Alphen, amnésique, est réduit en esclavage comme tout le peuple de la région désertique de Calaglia. Tous travaillent sans relâche afin de récupérer leur Energie Astral sans vraiment savoir pourquoi (pour cela, il faudra découvrir l’histoire…)
Suite à sa rencontre avec Shionne, une Dahna bizarrement persécutée par les siens et un mouvement de révolte, il retrouvera une partie de sa mémoire. Tous les deux rentreront dans la résistance et décideront de renverser les seigneurs de Dahna avec Akim le forgeron … ah non ca c’est une autre histoire, pour rendre la liberté au peuple de Rena.

 

Lutte des classes, persécution, monde occupé par un envahisseur, tout n’est pas juste blanc ou noir comme on pourrait s’y attendre dans ce monde ou chaque région sera distincte.

Le monde de Rena est vaste, beau, et varié c’est indéniable. Les différents royaumes que l’on traverse et explore sont absolument magnifiques comme on dit chez moi « ça claque la rétine sa maman !».
Chaque région à sa particularité, et sa façon d’être gouverné par un seigneur. Mon plus gros souci est plus dans la linéarité du jeu, parfois j’avais l’impression de me trouver dans un couloir ou je ne faisais qu’avancer avec de très rares moments de zones libres, un peu comme FF7 remake ou tout est beau, mais la sensation de ne faire qu’avancer en ligne droite se fait énormément ressentir. Heureusement la variété des décors est bien présente.

 

Parlons des ennemis de Tales of ARISE. J’ai constaté deux types : les Dahniens et les Zeug (et non pas les zgegs je vous vois ptis filous). Les premiers seront soit des ennemis en armure soit les fameux seigneurs tandis que les seconds des animaux mutants. Le jeu a tenté un bestiaire varié, mais surtout de couleur…. On se retrouve souvent face aux mêmes ennemis ce qui dictera rapidement la façon de combattre. Seuls les boss et les Zeug «spéciaux» seront des ennemis vraiment à part.

Tales of ARISE est un J-RPG mais dirigé coté action, un peu comme un FF7 (toujours lui). On n’est pas venu pour souffrir mais on est dans du tour par tour . A chaque combat on rentre dans une arène limitée et l’on peut switcher d’un perso à un autre avec ses différentes caractéristiques propres à chacun. Le principe de combat est assez perturbant (pour moi). On a une attaque de base, par exemple coup d’épée, et des Artés (coup spéciaux automatique) que l’on assigne au boutons croix, carré et triangle qui peuvent être doublé avec la touche L2 (que l’on débloquera plus tard dans le jeu). Et sachant que l’on a des Artés sur terre et en l’air, cela offre une possibilité de 3 Artés x2 sur terre et 3 Arté x2 en l’air afin de pouvoir enchainer des combos… ce qui fait beaucoup !

 

J’ai toujours un peu de mal avec le système de combat, j’ai souvent l’impression de ne pas comprendre ce que je fais … Mais je tue des boss donc c’est que je dois être sur la bonne voie non ? Ça reste quand même très brouillon malgré la possibilité d’esquive qui permet de rendre un coup en le plaçant au bon moment, ou les différentes capacités de chacun comme, annuler un sort de magie lancé par l’ennemie, briser une garde d’un ennemi avec bouclier (je ne vous dévoile pas tout non plus).

 

 

8.0

J’avoue j’ai quand même accroché à ce jeu. Mais préparez-vous à beauuuucoup de dialogues entre, l’histoire principale, les explications avec des narration type BD quasi toutes les 5 min et les dialogues des persos (illisibles) quand on avance dans le jeu. Après c’est un RPG et l’histoire et le dialogue en sont la base… Une autre chose que j’ai aimé ce sont les quelques transitions en animation pour certains moments clé de l’histoire qui sont vraiment splendides. Je ne comprends pas pourquoi ne pas avoir fait ça pour tout le jeu (surement le coût exorbitant).
Finalement Tales of ARISE est un jeu à tester si on a 40/50h de libre, Je me suis aussi rapidement attaché à Alphen et Shionne qui sont les deux « héros » du jeu, à vouloir découvrir et comprendre leur histoire. Je regrette cependant les combats fouillis et la linéarité du jeu (mais pas de l’histoire). N’oublions pas que le titre reste quand même magnifique et plus d’une fois je me suis arrêté pour contempler quelques contrées.

  • Note Globale 8

About Author

Leave A Reply