[TEST] Pro Evolution Soccer 2019 sur PS4

0

Aujourd’hui sur le blog, je vous parle d’un jeu célèbre et connu par tous les amateurs de football et de simulation sportive : Pro Evolution Soccer 2019. Après un dernier opus prometteur, KONAMI revient avec la ferme intention de concurrencer son alter ego : FIFA19.

 

Pro Evolution Soccer 2019 (ou PES 2019 pour les intimes) est un jeu de sport édité par KONAMI. Le premier opus est apparu en 1995 au Japon et la série s’est par la suite imposée par ses graphismes et son gameplay, se rapprochant toujours plus de la réalité. Pendant de nombreuses années, PES était LA référence en tant que jeu de foot jusqu’à sa célèbre édition PES08. Avec un jeu 09 intéressant mais vieillissant, PES s’est fait distancer dans le cœur des gameurs par son concurrent : la fameuse franchise FIFA de chez EA.

 

Pourtant un habitué de FIFA depuis le crash de KONAMI Airline en 2009, de nombreux tests parus sur PES ont attisé ma curiosité. Pour ce 18ème opus de la série, la franchise japonaise a fait de biens belles promesses : Modélisation de joueurs léchée, gameplay encore plus proche de la réalité, nouvelles licences… Alors verdict ?

Soyons direct : PES est une véritable réussite graphique. Grâce à son moteur graphique Fox Engine, les joueurs et les stades n’auront jamais été aussi proches de la réalité. Si l’on s’amusait à comparer la modélisation des joueurs entre FIFA19 et PES19, disons que chacun voit midi à sa porte, certains joueurs sont mieux modélisés côté Konami (Messi, Neymar, Coutinho), d’autre du côté d’EA Sport (Ronaldo, Mbappe).

Parlons maintenant gameplay ! On perçoit une véritable scission avec FIFA. Plutôt qu’un style arcade prôné par son meilleur ennemi américain, PES propose un gameplay où la construction et le jeu de possession est mis en avant. En effet, nous pouvons saluer un jeu très équilibré : le choix d’un pivot tel que notre bien aimé Giroud sera capital dans les phases aériennes, mais il ne vous garantira pas des buts à chaque phase arrêtée, les accélérations d’un Ronaldo ou d’un Neymar seront toujours aussi dévastatrices mais régulées par le nouveau système de jauge de fatigue (visible fatigue), fini les « tout droit » !

L’amélioration de la gestuelle, des contrôles, des cut-scenes entre les actions ou encore des contacts entre les joueurs participent à l’immersion dans cette simulation de football aboutie. Nous pouvons tout de même donner quelques bémols au niveau de l’expression du visage un peu trop statique et au niveau des gardiens de but parfois digne de joueurs du dimanche.

Côté modes de jeu, on discerne assez peu d’évolution. Tout d’abord dans le mode en ligne ; pas grand-chose à signaler que ce soit au niveau des divisions ou du mode MyClub. Pour ce dernier, quelques nouveautés comme les « boosters » ou l’amélioration de niveaux des joueurs en fonction de leurs performances IRL.

Dans le mode hors-ligne, les historiques modes « Ligue des masters » et « Vers une légende » se sont un peu enrichis, mais n’ont rien proposé de révolutionnaire. Les contenus en ligne et hors ligne sont donc à peine dépoussiérés et font encore pâle figure face à FIFA et ses modes de jeu FUT ou encore « L’aventure » de l’ami Alex Hunter.

Enfin les licences, et c’est là où le bât blesse. En effet, après avoir perdu les droits de la Ligue des Champions et de l’Europa League, PES a tenté de compenser en cumulant les licences : des stades officiels comprenant notamment le Camp Nou, San Siro ou encore Anfield, des coupes et championnats exotiques (Campeonato Brasileiro, Superliga Argentine, Ligue des Champions Asiatique…) ou des championnats européens peu médiatisés (Pro League Belge, Liga NOS Portugaise, Eredivisie hollandaise…). Malheureusement les amoureux du football Allemand et Anglais resteront sur leur faim avec l’absence de leurs championnats. On finit tout de même sur une bonne note : Notre bien aimée Ligue 1 est bel et bien présente !

 

 J’ai aimé  J’ai moins aimé
  • Le gameplay équilibré et dynamique
  • Les graphismes superbes
  • Le manque de licences
  • Les contenus pas assez poussés par rapport à FIFA
7.5

PES19 est sans aucun doute l’opus le plus abouti de la licence grâce à ses graphismes retravaillés depuis des années et un gameplay vraiment convaincant. Toutefois il accuse toujours un léger retard sur son compère Américain dû à un manque de licences et des modes de jeu qui se font vieillissant. Ceci dit, PES est sur la bonne voie et il ne manque peut -être qu’un coup de rein ou une accélération pour dépasser son rival lors du prochain derby à la rentrée 2020.

  • NOTE GLOBALE 7.5
Share.

About Author

Powered by △ ◯ ✕ □

Leave A Reply